Connect with us

A La Une

Drame à Yopougon Oasis: Une explosion de gaz butane fait 6 brûlés graves dans une même famille

Publié

on

Fin d’année dramatique pour monsieur N’goran Kouassi et 5 de ses 6 enfants. Ils n’ont pu profiter des moments festifs de la fin de l’année 2022 et du début de l’an 2023, car le 1er janvier 2023, un drame d’une extrême violence est survenue dans la famille N’goran de Yopougon Oasis.

En effet, le gaz butane étant fini, le père de famille, monsieur N’goran Kouassi, a décidé d’aller recharger lui-même la bonbonne de gaz. De retour à la maison, ce fut une explosion de joie pour les enfants N’goran, qui voyaient déjà les prémices d’une belle fête pour marquer le début de la nouvelle année.

Publicité

Mais leur joie allait être de très courte durée.Très enthousiastes à l’idée de bien manger, les enfants N’goran se sont rassemblés autour de leur père, qui avait entrepris d’allumer le gaz. Et patatra ! La bouteille B12 du gaz butane explose entre les mains de monsieur N’goran Kouassi, brulant du coup le pauvre père de famille et 5 de ses 6 enfants, qui s’étaient rassemblés autour de lui.

D’un moment d’explosion de joie en perspective de la fête, l’on est passé à un moment d’explosion du gaz, plongeant du coup la famille N’goran dans l’émoi et la désolation. Dieu merci, l’on n’a déploré aucune perte en vie humaine.

Mais les blessures sont si graves et profondes, que leur état a nécessité une réanimation au service des grands brûlés d’Abidjan Cocody.

Publicité

Ainsi, depuis le dimanche1er janvier soir, N’goran Kouassi et ses 05 enfants âgés respectivement de 18 ans, 16 ans, 14 ans, 7 ans et 4 ans (libérés), ont été admis aux urgences du service des grand brûlés de Cocody. Les dépenses pour cette modeste famille sont très élevées. Dès le premier jour, il a fallu débourser 400 000 F Cfa.

Selon une personne proche de la famille que nous avons pu joindre le 02 janvier, il fallait débourser encore 200 000 FCFA pour la journée du 02 janvier 2023. Les autres jours il faudra trouver de l’argent pour poursuivre les soins.

C’est pratiquement un SOS qu’à lancé cette dame que nous avons eue au téléphone le lundi 02 janvier, en direction du ministère de la Famille, de la Femme et de l’enfant, ainsi que toutes les bonnes volontés.

Publicité

Continuer La Lecture
Publicité
Cliquez Pour Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *