Connect with us

A La Une

Élection à la présidence du conseil général 2023 : Du respect et de l’intelligence des populations du Lôh-Djiboua 

Publié

on

Selon une publication du journal web Le DébatIvoirien en date du samedi 24 décembre 2022, reprise par plusieurs organes de presse,  un groupe de chefs coutumiers dida a eu une rencontre privée avec le ministre Cissé Bacongo, Secrétaire Exécutif du RHDP, pour exprimer leurs réserves contre ce qu’ils pensent être la candidature par excès du ministre Amedé Kouakou à la présidence du conseil régionale du Lôh-Djiboua . Rencontre tenue au lendemain de la publication de la liste des candidats du RHDP aux municipales et aux régionales 2023.

Certains diraient que les chefs coutumiers n’ont pas à se mêler des affaires politiques de leurs localités administratives. D’autres rapportent que cette initiative des têtes couronnées dida est non seulement unilatérale parce que sans la caution du chef central Aliko Tegbo et de l’ensemble des chefs traditionnels du Lôh-Djiboua, mais aussi qu’il s’agit d’un moyen astucieux par eux de recevoir des millions de fcfa du parti présidentiel afin d’arrêter de protester contre ce qui apparait comme la candidature de trop du ministre Amedé Kouakou. 

Au-delà de cette initiative desdits chefs dida, la candidature du ministre Amedé Kouakou, actuel maire de Divo, député de Divo sous-préfecture de droit ayant cédé son siège parlementaire à son suppléant Jean Mermoz Alangba, suscite des interrogations légitimes au sein de la population du Lôh-Djiboua . Dans quel dessein Amedé Kouakou s’adonne au cumul de postes ? Est-il obligé d’occuper successivement les postes de maire, député, président de conseil régional ? A-t-il des comptes politiques à régler à la communauté dida ?

Publicité

Ne s’inscrit-il pas dans une logique de domination sans partage ? Pourquoi a-t-il attendu d’être aux affaires avec le RHDP pour se montrer généreux à l’endroit du Lôh-Djiboua ? Amedé Kouakou est-il un pion politique que le RHDP se donne la liberté de placer à des postes politiques selon sa volonté ? Le RHDP Lôh-Djiboua n’a-t-il pas d’autres cadres compétents ? S’agit-il d’un mécanisme de  » génocide  » politique en cours ?

Autant d’autres interrogations légitimes qui invitent à se demander si la haute direction nationale du RHDP avec à sa tête Alassane Ouattara n’agit pas dans une logique d’affaiblissement des élites significatives de Divo, Lakota, Hiré, Guitry, Grand-Lahou. Par ailleurs, si les chefs coutumiers sont sincères dans leur action de protestation, la liberté de penser leur confère aussi le droit de produire une déclaration publique pour faire entendre les voix de leurs administrés. Surtout que plusieurs parmi eux sont des lettrés dont certains occupent des postes de responsabilités tans à la fonction publique que dans le secteur privé.  

Nulle doute, la candidature d’Amédé Kouakou pose un réel problème d’éthique. Un tel cas de figure interpelle au plus haut point les populations du Lôh-Djiboua , les élites et les adversaires politiques du tout puissant ministre, maire, député et président de l’Union des cadres du centre ivoirien .

Nous y reviendrons .

Publicité