Connect with us

Politique

Attaques terroristes au Burkina : A Nouna, plus de 21 personnes tuées suite à des représailles d’une attaque (CISC)

Publié

on

21 personnes ont été tuées, vendredi 30 décembre, à Nouna (Kossi), a annoncé, lundi, le Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés (CISC). Il s’agit des représailles suite à une attaque de présumés terroristes, selon le collectif.

Dans le communiqué du CISC, c’est « suite à une attaque terroriste qu’aurait subie par le Quartier Général (QG) des dozos VDP de Nouna dans la nuit du 29 au 30 décembre 2022, des dozos armées identifiés par les victimes comme étant des VDP ont conduit en guise de représailles, des actions meurtrières dans les secteurs N°4 et N°6 de la commune de Nouna qui sont des quartiers majoritairement habités par la communauté peule ».

Publicité

Le communiqué du collectif explique que ces dozos VDP armés ont essentiellement ciblé les personnes ressources ou influentes et les bras valides de la communauté faisant de nombreuses pertes en vie humaine.

« A cette heure ; le bilan s’élève à 21 personnes tuées y compris des enfants, mais il ne cesse de s’alourdir au fur et à mesure des informations qui nous arrivent du terrain », peut-on lire dans le communiqué poursuivant que les même dozos VDP seraient revenus dans la nuit piller les maisons et emporter des animaux.

La situation, selon le Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés, mérite une attention particulière de la part des nouvelles autorités au risque de retomber dans les mêmes erreurs commises par les pouvoirs précédents. Pour le collectif, « les groupes armés terroristes surfent sur ces types de dérives au sein des populations pour pouvoir assurer leur recrutement ».

Publicité

Le CISC dit condamner avec « la dernière énergie toutes les attaques lâches et barbares des groupes armés terroristes qui ne cherchent qu’à semer les graines de la division au sein de [des] communautés ». Il dit prendre aussi à « témoin l’opinion nationale et internationale sur ces cas graves de violations des droits humains et interpelle les autorités sur leurs responsabilités (…) ».

Ce cas de Nouna et comme bien d’autres cas sont, selon le CISC, une autre forme de terrorisme. « Il s’agit des civils armés se revendiquant être des volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) qui s’en donnent librement à des pillages organisés et à des exactions ciblées sur des populations civiles sur un fond de délit de faciès et de stigmatisation : c’est le cas survenu le 30 décembre 2022 dans la commune urbaine de Nouna », a qualifié le collectif.

Publicité
Continuer La Lecture
Publicité
Cliquez Pour Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *