Connect with us

A La Une

Côte d’Ivoire: Flashé par une vidéo-verbalisation, Comment l’automobiliste est notifié ?

Publié

on

Spread the love

Le directeur général des Transports terrestres et de la circulation, Lucien Tissé était l’invité du Centre d’information et de communication gouvernementale (CICG), mardi 7 décembre201.

A en croire le directeur général des transports terrestres, le bilan à mi-parcours est largement satisfaisante quant à l’innovation majeure qui est l’introduction de la vidéo-verbalisation, qui vise à renforcer le dispositif de contrôle sur la voie publique grâce aux caméras, contribue à la réduction très significative des accidents de circulation mortels.

Publicité

Face aux journalistes, il a relevé une baisse substantielles des infractions au code de la route depuis la phase de répression par la vidéo-verbalisation lancée en septembre 2021 dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie nationale de la sécurité routière 2021-2025.

Occasion pour M. Lucien Tiéssé de revenir sur le mécanisme de notification à un usager de la route après une infraction constatée par la vidéo-verbalisation.

« L’usager contrevenant est notifié par un SMS via le propriétaire du véhicule. Il faut savoir que le ministère des Transports a une base de données qui intègre l’ensemble des conducteurs. Tous ceux qui titulaire du permis de conduire se retrouvent dans cette base de données. On y trouve également un registre véhicules. Tous les véhicules en circulation en Côte d’Ivoire y sont enregistrés avec le nom de leur propriétaire et ses contacts. Lorsqu’un véhicule enfreint au code de la route, c’est le propriétaire dont références sont inscrites sur la carte grise qui est notifié par le SMS de l’infraction commise et de la contravention qui en découle, a précisé Tiessé Lucien.

Publicité

Une fois notifié, le propriétaire du véhicule incriminé se rend dans un Centre intégré et de Gestion (CIG) pour s’acquitter de son amende. Il a la possibilité aussi de le faire via un paiement mobile money.

Cette étape, qui fait suite à une période initiale de 3 mois de sensibilisation, vise selon le gouvernement « à contraindre les mauvais chauffeurs à respecter le Code de la route et à réduire les accidents de la circulation ». Et ce conformément à la stratégie nationale de la sécurité routière adoptée en Conseil des ministres le 7 juillet 2021.

La métropole d’Abidjan a été choisie comme terrain test pour cette nouvelle phase. Dans le cadre de la mise en œuvre pratique du Système intelligent de gestion de la circulation routière (projet STI), la ville tentaculaire s’est vue dotée de 140 radars, nombre que le gouvernement entend porter à 200 d’ici la fin de l’année.

Publicité

Continuer La Lecture
Publicité
Cliquez Pour Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.