Connect with us

A La Une

Côte d’Ivoire : Le cyber-activiste, Peter 007 arrêté pour apologie de coup d’Etat « Il est anti constitutionnel, il est déjà fini, avec un dictateur on ne discute pas »

Publié

on

Spread the love

« Peter 007, cyber-activiste, a été arrêté ce mardi 29 novembre 2022. L’information a été confirmée par une source sécuritaire, jointe par téléphone par lavenir.ci dans la soirée. « Il a été interpellé », a confirmé notre source d’information », a fait savoir le site d’informations en ligne lavenir. 

« Peter 007, ancien gendarme, a fait l’apologie de coup d’Etat, affirmant que le président Alassane Ouattara ne pourra quitter le pouvoir que par la force. Ses vidéos, largement partagées, ont suscité de grosses indignations », a pointé le journal en ligne lavenir.

Publicité

Notons que le cyberactiviste se proclamant proche de Guillaume Soro, a soutenu que c’est par la force qu’il faut faire partir Alassane Ouattara du pouvoir. « Oui on va le faire. Nous n’avons pas donné de date quand on l’a dit. On n’a pas donné de date, ni d’heure, ni de jour. Mais on va le faire assoir. Le prochain président de la Côte d’Ivoire s’appelle Soro Guillaume », a déclaré l’ancien membre du Groupement de sécurité du président de la République (GSPR).

« Il est anti constitutionnel Il est déjà fini. Depuis le 31 octobre Dramane Ouattara n’est plus président de la Côte d’Ivoire (…) Nous allons le faire assoir (…) Nous avons décidé de prendre ce pouvoir et nous allons le prendre. Ce n’est pas Soro Guillaume qui va révolter quelqu’un », poursuit Peter 007.

« C’est le comportement de Ouattara qui va révolter les gens à l’enlever. On va le faire assoir pour lui donner des conseils. On va lui donner les conseils bientôt. Parce qu’avec Alassane Ouattara, c’est la force (…) Avec un dictateur on ne discute pas. C’est la force (…) », laisse-t-il entendre dans un entretien accordé au média actupeople.

Publicité

Pour rappel, la cyberactiviste Arlette Zatté a été condamnée ce vendredi 30 juillet 2021, à six mois de prison, dont cinq avec sursis et un mois ferme, avec une amende de 50 millions de FCfa de dommage et intérêts à payer à Mme Simone Gbagbo et 25 millions de FCfa à sa fille Marie Laurence Kipré, pour diffamation et injures à l’ex-Première dame ivoirienne. Ce, à la suite d’une plainte pour injures outrageantes proférées à l’encontre de Simone Gbagbo sur les réseaux sociaux depuis la France et même à Abidjan par la cyberactiviste.

Publicité
Continuer La Lecture
Publicité
Cliquez Pour Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *