Connect with us

Politique

Gbagbo parle de l’affaire des 49 militaires : Des gens nous disent que ce n’est pas la première fois et que c’est la huitième fois, mais pourquoi c’est la première fois qu’on les arrêtent ? »

Publié

on

Spread the love

Laurent Gbagbo est disposé à apporter son aide à Alassane Ouattara dans l’affaire des 49 militaires ivoiriens détenus au Mali. L’ancien président ivoirien a souhaité que le gouvernement ivoirien lui permette de mener des démarches en vue de la résolution de la crise entre l’État malien et la Côte d’Ivoire.

L’affaire des 49 militaires ivoiriens détenus au Mali n’a pas encore connu un dénouement heureux même si les trois femmes faisant partie du contingent ivoirien ont été libérées. Elles ont regagné la Côte d’Ivoire le samedi 3 septembre 2022. Laurent Gbagbo n’a pas hésité à proposer son aide à Alassane Ouattara pour la résolution de ce problème qui mine les relations entre Abidjan et Bamako.

Publicité

Lors de son séjour à Mama le weekend dernier, l’ex-président ivoirien a d’abord rappelé qu’à l’arrestation des soldats ivoiriens par les autorités maliennes, le PPA-CI (Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire) a demandé que l’Assemblée nationale « fasse une enquête sur ce sujet pour qu’on sache la vérité ».

« L’Assemblée nationale n’a jamais fait l’enquête or pour que le peuple puisse se prononcer sur une affaire, il faut qu’il sache les tenants et aboutissants de cette affaire. Il faut qu’ils sachent d’abord si ce sont des militaires, des militaires ivoiriens et qu’on sache ce qu’ils faisaient au Mali. Étant entendu qu’un militaire obéit à des ordres, s’ils s’y sont rendus, obéissant à un ordre, il faut que cette enquête nous révèle quel est cet ordre et pourquoi on les a arrêtés ? Des gens nous disent que ce n’est pas la première fois et que c’est la huitième fois, mais pourquoi c’est la première fois qu’on les arrête ? », a cherché à comprendre Gbagbo.

Le « Woody » de Mama a avancé qu’en tant qu’ancien chef de l’État, il sait comment l’armée et les militaires fonctionnent. « Je demande qu’on nous permette, aussi à nous qui sommes dans l’opposition, de mener des démarches. Je suis sûr que le Gouvernement fait tous ses efforts pour discuter en public, en cachette, pour obtenir la libération des 49 militaires. Mais s’il ne réussit pas, je souhaite qu’on nous autorise, nous aussi, à discuter, de ces raisons, avec les réseaux que nous avons au Mali, dont certains sont aux affaires, pour qu’on puisse chercher à ramener nos compatriotes au pays », souhaité Laurent Gbagbo.

Publicité