Connect with us

A La Une

Témoignage choquant d’un migrant ivoirien en Libye « J’étais enfermé et on nous jetait de la nourriture depuis… »

Publié

on

Spread the love

Un jeune migrant ivoirien répondant au nom de Amara Sidibé, affirme avoir été captif d’une ‘’prison » non-officielle en Lybie et s’être échappé au mois de juin. Selon ses dires, toutes les portes de ce bâtiment étaient closes et ils étaient forcés (les migrants) à y entrer par le toit, à l’aide d’un système de poulie. Par chance, il réussit à s’échapper de ce lieu secret inconnu de l’ONU, endroit ou selon lui sont régulièrement faites des exactions.

« J’ai pris la mer une nuit, avant le mois de carême [qui a débuté le 2 mars 2022, ndlr]. J’étais sur un zodiac avec une centaine d’autres personnes. Il nous a fallu trois heures environ pour arriver dans la zone SAR libyenne [la zone de recherche et de sauvetage sillonnée notamment par les navires humanitaires, ndlr] mais malheureusement il n’y avait pas de bateau de sauvetage. Nous avons contacté des secours mais l’Océan Viking était trop loin pour venir nous chercher. Nous sommes restés en mer pendant 9 heures. Finalement, les Libyens sont venus nous récupérer. Ils ont attaché une corde autour de nos corps et nous ont fait descendre, un par un. À notre retour sur terre, nous avons d’abord été envoyés dans un centre à Al Zawiya [ville du nord-ouest de la Libye, ndlr]. Puis, un certain Oussama, un Libyen, est venu et nous a transférés à Wershafana [un quartier situé dans l’ouest de Tripoli, ndlr]. On s’est retrouvé dans un lieu, qu’on appelle « le centre Wershafana », qui ressemble à une ancienne usine. »

Publicité

Continuer La Lecture
Publicité
Cliquez Pour Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.