Connect with us

A La Une

Yeah Samaké : « Le premier ennemi d’une Transition c’est le temps, une Transition qui dure s’expose à un échec certain »

Publié

on

Lors de l’inauguration de trois salles de classe construites par la Fondation Empower-Mali, Yeah Samaké, Directeur exécutif de ladite fondation, s’est prononcé sur la situation sociopolitique de notre pays.

A l’entame, il a rappelé que le contexte actuel de forte instabilité politique de notre pays, conjuguée à la crise sécuritaire, inquiètent de plus en plus des observateurs les plus avertis, au regard de l’évolution de la situation dans les mois à venir.

Publicité

Et d’ajouter que les tensions au sein de l’appareil sécuritaire ont pour le moment été maitrisées à certains niveaux, mais elles représentent toujours un risque réel pour la stabilité du pays. Car, dit-il, de nouveaux équilibres politico sécuritaires sont en construction au sommet de l’État et avec certains pays voisins, mais ils s’annoncent déjà fragiles.

« Il reste cependant possible de tirer quelques bénéfices de cette période de transition et, avant tout, d’éviter une nouvelle sortie de la trajectoire de la rectification que dirige le colonel Assimi Goita et son Premier ministre Dr Choguel Kokalla Maiga », a-t-il averti.

A le croire, si les partenaires extérieurs ont leur rôle à jouer, c’est aux forces politiques et sociales maliennes qu’il revient en premier lieu de se ressaisir et de travailler sans relâche pour sortir le Mali de la crise multiforme et de la dépendance dans lesquelles notre pays est enfermé.

Publicité

Selon lui, lors de la manifestation du 14 janvier 2022, les Maliens se sont mobilisés pour dire non à l’ingérence extérieure et surtout pour dire un grand oui à notre souveraineté et à notre patriotisme. Et de poursuivre que cette motion de soutien aux actions de nos autorités doit être prise avec mesure par le gouvernement de la transition.

Ainsi, les autorités maliennes doivent œuvrer à finir la transition par des élections transparentes et apaisées, permettant surtout aux citoyens d’élire des candidats qui proposent de réelles solutions de sortie de crise et un véritable plan de relance économique pour notre pays.

A l’entendre, les acteurs maliens et les partenaires internationaux doivent inscrire leurs actions sur le long terme pour remettre la démocratie malienne sur de bons rails et assainir la gouvernance.

Publicité

De son point de vue, les autorités de la Transition doivent prendre des mesures pour alléger le coût de la vie pour nos concitoyens à travers le panier de la ménagère et créer les conditions d’un consensus politique autour des grandes orientations qui intéressent la vie de la nation », a-t-il martelé. « Le premier ennemi d’une Transition c’est le temps ! Plus ça dure plus c’est dur. En effet, une Transition qui dure s’expose à un échec certain.

J’en appelle au sens élevé de la patrie de mes camarades des autres partis et mouvements politiques, de toutes les forces vives de la nation à une union sacrée autour de ce qui est le plus important pour nous tous, le Mali et à travailler en tandem avec nos plus hautes autorités, parfois en leur apportant notre soutien, pour que les élections aient lieu à date et dans les meilleures conditions », a fait remarquer Yeah Samaké.

Publicité
Continuer La Lecture
Publicité
Cliquez Pour Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *