Connect with us

A La Une

Affaire « Ouattara endette la Côte d’Ivoire » : Koné Katinan tacle Mamadou Touré

Publié

on

Spread the love

Réagissant aux critiques formulées par des cadres du PPA-CI relatives à la dette publique du pays et à la hausse du coût du péage de Grand-Bassam, le Ministre de la promotion de la jeunesse, Mamadou Touré, par ailleurs porte-parole du parti au pouvoir, a laissé entendre que ces derniers agissaient comme des « sorciers » « qui ne veulent pas qu’on aille chercher l’argent pour travailler ». Ce jeudi 07 juillet 2022, Justin Katinan Koné, porte-parole du parti de Laurent Gbagbo, est revenu à la charge.

Le hausse des prix des marchandises et autres produits continue de susciter la grogne parmi la population ivoirienne. C’est le cas notamment des partisans des partis de l’opposition qui y ont vu une belle opportunité pour pointer du doigt un endettement exagéré opéré par le président Alassane Ouattara et ses proches du RHDP (Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix). Toutefois, pour le ministre Mamadou Touré, il n’en est rien.

Publicité

« Aucun pays au monde même les pays les plus développés, les plus riches, notamment de la Chine, les Etats-Unis, aucun pays au monde ne fait son développement sans recourir à la dette. S’il y a un seul pays au monde qui a pu se développer sans recourir à la dette, je demande à Katinan Koné de nous le nommer », a argumenté valoir M. Touré.

Pour le ministre, il n’y a que << les sorciers seuls qui ne veulent pas qu’on aille chercher l’argent pour travailler >> et << qui veulent attaquer les dettes >>. Lors de la Tribune du PPA-CI de ce jeudi 07 juillet, Justin Katinan Koné est revenu à la charge. « J’ai écouté le jeune frère, le ministre Touré: Il traitait les gens de sorciers. Quand on veut nous apporter de la contradiction, il faut qu’ils nous envoient quelqu’un qui comprend ce que nous disons. Nous sommes à 21 mille milliards, quand on quittait le pouvoir on était à presque 2400 milliards grâce au PPTE qu’on a obtenu », a-t-il expliqué, faisant allusion à la gestion du pouvoir par Laurent Gbagbo avant sa chute en 2011.

Je l’ai entendu dire les Etats-Unis. Les Etats-Unis, je l’ai dit la dernière fois, comme la répétition est pédagogique on va encore le dire. Les créanciers des Etats-Unis ne peuvent pas se lever un jour pour bloquer le système financier, car les 60% des créanciers des Etats-Unis sont les américains eux-mêmes. La question de la dette est trop sérieuse, qu’on ne joue pas avec. S’ils veulent nous contredire, qu’ils nous envoient quelqu’un qui peut expliquer par quel mécanisme ils vont rembourser la dette au lieu d’insulter », a-t-il renchéri

Publicité

Continuer La Lecture
Publicité
Cliquez Pour Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.