Connect with us

A La Une

 »Sacrifié, mon fils déféquait des billets de banque… » : Voici le terrible témoignage d’un père !

Publié

on

Spread the love

C’est un témoignage très troublant d’un jeune qui a faillit perdre son enfant à cause d’un sacrifice fait par sa belle-mère. Toute l’histoire ci-dessous.

J’avais une relation amoureuse avec Sylvie. Une jeune étudiante d’une grande école que j’ai rencontrée à la gare des taxis intercommunaux. En ce moment, j’étais en stage dans une société téléphonique. La mère de Sylvie, une riche commerçante, s’opposait à notre relation amoureuse. Elle avançait que je ne pouvais rien n’apporter de grand à sa fille. Elle avait un grand projet pour sa fille, la faire partir en occident pour continuer ses études. Dans notre idylle en cachette, Sylvie tomba en enceinte! Je n’avais les moyens pour m’occuper de cette grossesse, alors, j’imaginais la rage de la mère de Sylvie contre moi. J’étais terrifié par cette situation. Sylvie et moi, avions convenu de faire un avortement mais à ma grande surprise, sa mère lui demanda de garder cette grossesse. Et depuis ce temps, la mère de Sylvie se montrait aimable à mon égard. Elle était favorable même à notre mariage ! C’était comme cet enfant constituait une forte alliance entre la mère de Sylvie et moi.

Publicité

Sylvie mit au monde un garçon. Ses parents, me fixa une amande de trois cent mille pour avoir enceinter leur fille sans la doter, selon leur tradition. Où trouver cette somme? L’accouchement avait vidé mon petit compte d’épargne. C’est encore la mère de Sylvie qui vola à mon secours. Elle me remit la somme en secret. Elle me défendit de le révéler à quelqu’un, même à sa propre fille. Cette dame n’arrêtera pas de me surprendre agréablement.

Elle va me remettre de l’argent en cachette pour que je prenne une maison et vivre avec sa fille. Et pour parfait ses bonnes ouvres dans ma vie, elle me trouva du travail. La mère de Sylvie devint ainsi mon dieu sur terre. Je l’adorais pour tous ses biens faits dans ma vie. Je ne jurais que par son nom. Et sa fille demandait pourquoi j’accordais plus de considération à sa mère. qu’à ma propre mère. Je ne lui donnai pas de réponse parce que c’était dans le secret que sa mère me bénissait financièrement.

Un Jour, Je me rendis très tôt chez les parents de Sylvie. Sa mère me reçut avec mine très attristée. Et elle va me briser le cœur en me tendant la lettre que sa fille lui a laissé. Sylvie, signifiait bien dans cette missive, son départ du pays pour un pays étranger, qu’elle n’a pas mentionné le nom.

Publicité

J’ai pleuré dans le salon des parents de Sylvie comme un enfant. Je refusais d’être consolé et je voulais descendre au séjour des morts pour soulager ma peine ! J’ai lancé des recherches partout, mais en vain ! Sylvie avait bel et bien quitté le pays pour une destination inconnu. Des mois après la disparition de Sylvie, j’avais développé un réflexe. Je me précipitais sur mon téléphone, chaque fois, qu’il sonnait.

Un jour, la mère de Sylvie m’appela. Elle devrait effectuer un voyage avec mon fils. Elle voudrait que je fasse des courses pour elle avec sa voiture. Et ce même jour, je reçus l’appel que j’attendais. Je reconnus la voix de celle qui avait emporté mon cœur dans l’abime. Je suppliais Sylvie de revenir parce qu’elle nous manquait, mon fils et moi. Sylvie ne répondit pas à toutes mes supplications. La seule phrase qu’elle me dit avant de raccrocher le téléphone est :

Publicité