Connect with us

A La Une

Affrontements de Kokumbo : Voici la liste des disparus, ce que confie le chef « On nous a fatigués à la morgue »

Publié

on

Tué le mercredi 12 octobre 2022, dans les affrontements à Kokumbo, Ilboudo Hervé, 35 ans, a été inhumé, le mardi 18 octobre 2022, à Toumodi. Selon Boukari Komi, le chef de la communauté, les choses n’ont pas été faciles.

Ilboudo Hervé, une des 5 personnes tuées dans les affrontements entre le Groupement Spécial de Lutte contre l’Orpaillage Illégal (GSLOI) et des populations de Kokumbo, a été conduit à sa dernière demeure, le mardi 18 octobre 2022, à Toumodi.

Publicité

Selon Boukari Komi, le chef de la communauté burkinabé de Kokumbo dont faisait partie le défunt, les choses ne se sont pas passées comme prévues, à la morgue de Toumodi où le corps d’une autre victime, l’élève Kouadio Yao Wenceslas, est encore conservé. Il raconte qu’une fois là-bas, ils devaient faire face aux frais de conservation et d’entretien alors qu’ils étaient à bout d’argent.

« Comme on n’avait pas d’argent, on en a emprunté avec des gens à Toumodi pour compléter pour pouvoir gérer tout »
« Hier, arrivé à la morgue, on nous a fatigués. Là-bas, on dit la facture fait 266 000 francs cfa. Le CB même était là-bas. On a appelé le commandant qui nous a dit de payer et de garder le reçu », a-t-il confié, avant d’ajouter qu’ils ont dû emprunter de l’argent pour régler la facture : « Comme on n’avait pas d’argent, on en a emprunté avec des gens à Toumodi pour compléter pour pouvoir gérer tout ».

Et l’enveloppe de 3 millions de francs cfa de la Première Dame destinée aux victimes et à leurs familles ? « Les chefs ont partagé l’enveloppe. Ils ont appelé les parents du petit (Ilboudo Hervé : ndlr). Moi, je suis le responsable de la communauté. Comme il y a eu mort d’un Burkinabé, ils sont venus me dire. Donc je ne peux pas m’asseoir. Ses petits parents sont venus de Vavoua. Je me suis mis avec eux pour faire les courses ensemble », a-t-il dit, avant de préciser que l’enveloppe de 300 000 francs a été donnée aux parents du défunt.

Publicité

Cette quote-part devrait être largement suffisante pour couvrir la facture de la morgue. « Oui, mais avant la morgue, il y a beaucoup de choses autour de l’inhumation. On est à Kokumbo, donc on a loué un camion avec le matériel. Il y a ceux qui ont creusé la tombe. Comme l’inhumation a eu lieu à Toumodi, cela nous a coûté un peu plus », souligne Bouakri Komi.

Ilboudo est arrivé à Kokumbo à l’insu de ses parents résidents à Vavoua

Il a raconté les circonstances dans lesquelles Ilboudo Hervé est arrivé à Kokumbo. « Le petit-même, moi, je ne le connais pas. Je ne suis que le chef de la communauté. C’est quand son petit papa (son oncle : ndlr) est venu que je lui ai demandé des informations sur lui. Son oncle dit que quand l’enfant venait à Kokumbo, il ne leur a pas dit. Ils ne savaient pas où il était », a-t-il raconté.

Publicité

Mais une fois à Kokumbo, Ilboudo Hervé avait pris soin d’informer un de ses parents au Burkina. « C’est lors des événements que l’un de ses parents au Burkina Faso a appelé pour dire qu’il y a eu un problème à Kokumbo. Parce que de son vivant, le petit avait dit à son père qui est au Burkina, qu’il est dans un village de Côte d’Ivoire appelé Kokumbo », a-t-il poursuivi.

C’est depuis le pays des hommes intègres que des instructions ont été données à l’oncle du défunt résident à Vavoua d’aller à Kokumbo pour avoir des nouvelles de Hervé Ilboudo. Malheureusement, il était parmi les victimes. « C’est ici que son oncle venu de Vavoua a appris que le petit fait partie des victimes. Le petit était à Vavoua. C’est de là-bas qu’il est venu à Kokumbo sans avertir ses parents », a-t-il conclu.

Les personnes décédées

Publicité

1- Karim Hassane

2- Ilboudo Hervé

3- Aka Arsène

Publicité

4 – Kakou Douba Octavio

5- Kouadio Yao Wenceslas

Publicité
Continuer La Lecture
Publicité
Cliquez Pour Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *