Connect with us

Politique

« Je suis pressée de revoir mon mari » : Quand Serge Daniel fait encore des confidences sur les 3 soldates ivoiriennes

Publié

on

Spread the love

A en croire Serge Daniel, dans l’avion qui les faisait retourner en Côte d’Ivoire, après sept semaines de détention au Mali, l’une des trois soldates ivoiriennes appartenant au détachement des 49 soldats NSE, libérées par Assimi Goita, a laissé entendre qu’elle était pressée de revoir son mari ».
« Mali-Côte d’Ivoire-Togo. Coulisses de la libération des 3 militaires ivoiriennes Coulisse 2. Dans l’avion du retour, entre les 3 (Bakayoko Awa, Blédou Kanga Adèle et Bamba Sita), une a déclaré qu’elle était la plus pressée de revoir son mari. Devinette à 1000 euros : il s’agit de qui ? », a tweeté serge Daniel, journaliste vivant à Bamako, fondateur de médias et correspondant de RFI.

S’il n’a pas donné lui-même le nom, le journaliste a déclaré plus tard, dans un Tweet, donner plutôt 10 euros à une gagnante parmi la centaine de commentaires. Plus tôt dans la journée de ce dimanche 4 septembre 2022, Serge Daniel avait fait une première confidence, à propos des trois soldates libérées la veille, par la junte malienne du Colonel Assimi Goita.

Publicité

« « Coulisse 1. La libération a failli échouer parce qu’il a été demandé aux 3 femmes de ne pas porter leurs tenues militaires pour quitter le Mali. Elles ont refusé Moment de tension Et elles ont eu gain de cause », avait-il tweeté. Une information confirmée par des proches des trois soldates, qui ont été accueillies en héroïnes à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny de Port-Bouët.

Notons qu’alors que les politiques évoquaient une libération par souci « humanitaire » du Colonel Goïta, tombeur de Ibrahim Boubacar Kéita, il y a deux ans, la justice déclarait, de son côté, n’avoir rien trouvé dans le dossier d’atteinte à la sûreté de l’Etat. « Le juge d’instruction en charge de la procédure a, sur avis favorable du parquet, accédé le 31 août 2022 aux demandes de remise en liberté formulées par trois des inculpés, les nommées Bakayoko Awa, Bamba Sita et Bledou Kangah Badou Adèle et a ordonné mainlevée des mandats de dépôt décerné contre elles », a déclaré Samba Sissoko, le procureur de la République du Pôle Judiciaire Spécialisé de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée du Mali.

Le sort des 46 autres soldats ivoiriens, toujours en détention au Mali, devrait être connu dans les heures ou jours à venir. La médiation togolaise continue de parrainer les discussions « autour de sujets d’intérêts communs », pas seulement militaires.

Publicité
Continuer La Lecture
Publicité
Cliquez Pour Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.