Connect with us

Politique

Mali/Présidentielle 2024 : Assimi Goita, un tel scenario n’est pas actuellement envisageable

Publié

on

Spread the love

Nous parlons de la nouvelle loi électorale depuis sa promulgation, avec de nouvelles réglementations adaptées à de nombreux observateurs.

Ils jugent cela notamment par l’extension aux hauts gradés de l’armée et la possibilité pour ces derniers de briguer le poste suprême en démissionnant à peine 4 mois avant le vote au lieu de 6 mois pour s’engager sur la loi précédente.

Publicité

Les précédentes modifications de même nature de la Charte de transition ont également confirmé les soupçons de malveillance, notamment en ce qui concerne la vacance présidentielle de transition.

Si tous ces indices ne semblent pas suffisants pour déduire les compétences électorales des leaders de l’autorité de transition, on peut également citer les appels publics incessants à Asimi Goita, très actif sur le terrain, à se présenter aux élections. Une initiative pour inciter le chef de la junte à renier ses ambitions présidentielles.

Cependant, lorsque nous nous sommes approchés, les proches des personnes impliquées ont juré que l’actuel locataire de Koulouba n’avait jamais eu la moindre envie de se présenter à la magistrature suprême et ne travaillerait à son poste actuel qu’à restaurer la constitution.

Qu’en est-il de l’offensive de charme populiste, incluant toutes sortes de générosités pour attirer les concitoyens ? Ils ont expliqué que cette démarche découlait de la seule volonté de laisser une trace de son passage à Koulouba , mentionnant au passage la difficulté des autres colonels putschistes à accepter une éventuelle candidature.

Publicité